Un « motif d’indignation », un devoir de réaction : les enfants en centre de rétention !

La Cour européenne des droits de l’homme vient, à l’unanimité, de condamner la France pour violation des articles 3, 5 et 8 de la Convention européenne des droits de l’Homme concernant la rétention administrative à l’égard des enfants.
La famille Popov, originaire du Kazakhstan dont les deux enfants sont âgés de 3 ans et 5 mois avait été retenue en centre de rétention pendant 15 jours. La Cour européenne des Droits de l’Homme précise que de telles conditions « ne pouvaient qu’entraîner une situation d’angoisse et de graves répercussions psychiques » et souligne que l’État français : « compte parmi les trois seuls pays européens à recourir systématiquement à la rétention des mineurs accompagnés, alors que l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale. »

[gview file= »http://martinechantecaille.fr/wp-content/uploads/2012/01/Arrêt-de-chambre-Popov-c.-France-19.01.2012.pdf »]

Une condamnation qui nous rappelle que décidément la politique sarkozyste est bien loin de la « politique de civilisation » prônée par E. Morin.
A la Roche-sur-Yon, nous avons vécu cette année l’expulsion d’une famille tchéchène avec ses 8 enfants et leur placement en centre de rétention de Rennes. Les enfants n’y sont pas restés 15 jours mais avant même d’y être placés, ils avaient vécu des situations extrêmement difficiles qu’aucun parent ne souhaite pour ses enfants.

Voir l’article du Nouvel Observateur

Comme Stéphane Hessel -présent hier à Nantes pour une rencontre avec François Hollande intitulée « France : les raisons d’espérer »- le dit très bien « Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers » : cela ne rime vraiment pas avec la France de N.Sarkozy, condamnée pour non-respect des droits de l’homme et de l’enfant. L’immigration est un sujet trop grave pour être aux mains de politiques irresponsables jouant sur les fantasmes et les peurs et marchant sur nos valeurs au lieu de les porter haut et fort. Une autre politique migratoire, digne, s’impose et pour cela aussi 2012 doit être l’année du changement !

Laisser un commentaire