Pour l’action menée pour les Yonnais, merci Olivia Doerler !

C’est avec sidération que j’ai appris la nouvelle dévoilée officiellement par Ouest France ce matin : le maire de la Roche-sur-Yon a décidé de démettre de ses fonctions la directrice de la culture de notre ville, Olivia Doerler.

C’est, bien évidemment, sa liberté et il en a la possibilité juridique. Cela ne justifie pas pour autant cette décision, si éloignée de l’intérêt général des Yonnais et disons-le humainement très regrettable.

La chose n’est sans doute pas courante, mais, je tiens à rendre publique l’estime que j’ai pour Olivia Doerler , ayant travaillé, come élue,  de nombreuses années à ses côtés dans la majorité puis dans l’opposition. En faisant cela, j’entends non seulement lui envoyer un message de soutien personnel mais mieux faire comprendre aussi le rôle décisif de ces personnes qui, dans l’ombre, par leur expertise, leurs conseils, leur disponibilité, rendent tout simplement possible l’action publique.

Élue pour la 1ère fois en 2008 sur la liste de Pierre Regnault, en charge de la délégation de l’animation culturelle, du patrimoine et vice-présidente de l’EPCCCY, j’ai eu à conduire différents dossiers aux côtés d’Olivia Doerler, arrivée quelques mois après moi dans son poste de « directrice de la culture».
Je ne peux pas tous les citer ici mais de la mise en place d’ « Arts vacances », à la 1ère du festival « Colors », à l’accompagnement des 1ères années du cinéma Le Concorde et des 1ères éditions du festival international du film en passant, bien évidemment, par le travail si conséquent sur le futur pôle culturel et l’écoute quotidienne de celles et ceux qui font vivre la culture sous toutes ses formes dans notre ville ( structures, compagnies, associations…), j’ai bénéficié ,comme les adjointes à  qui j’ai eu le plaisir d’être associée- Francine Guiet puis  Patricia Cereijo,  d’une partenaire extrêmement précieuse.

Si  celles et ceux qu’on nomme des « techniciens » apparaîssent peu, s’il ne leur revient évidemment pas d’impulser le sens d’une politique ou de valider des projets, leur rôle n’en est pas moins très important : ils apportent leur expertise, proposent, conseillent et suivent les dossiers et tout cela Olivia Doerler l’a fait et bien fait en ne comptant pas son temps et toujours avec le sourire…

Lorsque la ville de la Roche-sur-Yon est passée à droite, Olivia Doerler a été maintenue en place. J’en ai été très heureuse : je savais que son intégrité et sa loyauté permettait qu’elle poursuive une action utile pour l’intérêt général des Yonnais auprès de la nouvelle majorité qui, faisait ainsi preuve d’intelligence. Trois ans après, alors que le pôle culturel, dont elle a suivi toutes les étapes, est à peine inauguré, elle est écartée de ses fonctions de manière incompréhensible.

Je tiens donc publiquement à dire ce que je lui dois. Mais, au-delà, je veux souligner aussi que par son travail si sérieux, sa disponibilité totale, son attention bienveillante à l’égard des différents acteurs comme des citoyens Yonnais, elle a contribué, aux côtés des élus, à la réalisation bien des projets et en ce sens c’est toute notre ville qui lui doit quelque chose. Merci Olivia !

Cette décision qui suit de quelques jours l’annonce de la reprise en mains par le maire lui-même de la délégation de la culture ne présage rien de bon et la vigilance politique et citoyenne est plus que jamais de mise.

Laisser un commentaire