Gratuité du stationnement : une fausse bonne idée !

Lors du Conseil Municipal de la Roche-sur-Yon du 17 décembre dernier, Luc Bouard nous a présenté une délibération imprévue et non examinée en commission auparavant sur la gratuité du stationnement en centre ville entre le 18/12 et le 1/01 présentée comme une réponse à l’impact des manifestations sur la fréquentation des commerces.

On peut, bien entendu, comprendre qu’une action exceptionnelle soit envisagée pour répondre aux problèmes rencontrés par des commerçants auxquels il est nécessaire d’être attentifs. Mais, il ne faut pour autant tomber dans de « fausses bonnes idées » et celle-ci pourrait bien en être une.

Au premier abord, on peut, en effet, se dire : « chouette, on ne va pas avoir à payer » et les commerçants peuvent penser que cela facilitera la fréquentation et leur chiffre d’affaires. Il faut, toutefois, aller au-delà de cette première réaction possible. Je m’explique :

1/ Outre le fait que les parkings sont déjà gratuits le samedi après-midi, ce n’est pas principalement le problème de stationnement qui est à l’origine de la baisse de fréquentation et il a toujours été possible de se garer,sinon devant les magasins, vraiment pas très loin et les parkings couverts ne sont jamais saturés.

2/ Le roulement sur les places de stationnement sera moindre et nous l’avons souligné lors du conseil : la gratuité peut, en effet, peut conduire à des « voitures-ventouses » qui restent en place toute la journée, y compris celles des personnes qui travaillent et se garent moins près du pentagone habituellement.
Cela peut donc être contre-productif pour les commerçants. C’est pour cela que nous avions instauré un temps gratuit limité. J’ai eu hier lors de plusieurs conversations avec des commerçants Yonnais la confirmation directe de cette crainte.

3/Je suis intervenue pour proposer que ce soit plutôt les transports collectifs qui soient gratuits afin de mieux concilier la finalité de la délibération avec l’impératif écologique.

Pour toutes ces raisons, l’opposition de gauche n’a pas validé ce choix de la majorité. Là encore, une réflexion un peu plus partagée -y compris avec les commerçants -aurait pu aboutir à une solution qui ne soit pas contre-productive.

Laisser un commentaire