François Fillon et l’aveu d’une politique de soumission anti-démocratique

Dans un entretien au Journal du dimanche, François Fillon a suggéré à François Hollande de « soumettre son programme électoral à Standard & Poor’s » estimant qu’ « il serait intéressant de savoir ce qu’une agence de notation pense d’un programme dans lequel il n’y a que des augmentations de dépenses et des hausses d’impôt, et pire encore, des retours en arrière sur des décisions structurelles comme la réforme des retraites ou la politique nucléaire de la France. Dans ce qu’il préconise, rien n’est en phase avec la situation de l’économie européenne ».Suggestion très éclairante par laquelle le premier ministre entend soumettre un projet politique à l’évaluation pseudo-objective et désintéressée des agences de notation. Bel aveu d’une dérive technocratique qui présente les choix économiques comme inéluctables au lieu d’en assumer la responsabilité !
Suggestion très éclairante qui voit le premier ministre considérer la marche de l’histoire comme celle d’une régression nécessaire par rapport aux progrès sociaux. Bel aveu d’une politique libérale transformant en variables d’ajustement les protections sociales tout en persistant dans une politique de privilèges !
Face à la perte du triple A, François Hollande a déclaré « Je n’ai jamais fait des agences de notations la référence ultime pour juger les politiques conduites par les États et encore moins par le nôtre. Je déplore que l’Europe ne se soit pas dotée d’une agence publique indépendante pour évaluer la capacité des pays de la zone euro à rembourser leurs emprunts » tout en soulignant que le chemin du redressement serait guidé par la justice et la croissance. Faut-il préciser que la justice ne rime évidemment pas avec la TVA anti-sociale mais avec la fin des cadeaux fiscaux ?
Au printemps 2012, l’évaluation de la politique conduite par F. Fillon sera menée non par Standard & Poors mais… par les citoyens : chacun sa référence M.Fillon !

embedded by Embedded Video

C’est une politique qui a été dégradée, ce n’est pas la France.

 

Laisser un commentaire