Éducation : un bilan désastreux pour un enjeu décisif

Le 5 janvier dernier, Nicolas Sarkozy a présenté ses vœux au monde de l’éducation soulignant que « l’éducation et la recherche constituent pour la France un formidable moyen de reprendre son destin en main ».
Belles paroles mais… aussi crédibles dans la bouche de Nicolas Sarkozy que lorsqu’il avait annoncé son intention de « moraliser le capitalisme » ou encore de mener une « politique de civilisation ».manif pour l'enseignement public en VendéeLes actes du quinquennat parlent, en effet, tout autrement et le bilan est catastrophique comme les syndicats d’enseignants et les parents d’élèves ne cessent de le souligner. Et il est d’autant plus difficile de croire le président-probable candidat qu’il annonce qu’il va persister et signer dans sa politique de destruction de l’école.
Rappelons en quelques mots ce bilan :

  • 80 000 postes supprimés entre 2007 et 2012 ! Au lieu de voir en eux les médiateurs essentiels d’une grande ambition pour notre pays et sa jeunesse, la politique de la droite au pouvoir les a transformés en « variables d’ajustement budgétaire » (Vincent Peillon). Derrière les chiffres, se cachent des classes surchargées et des écoles fermées, des enfants en situation de handicap moins bien accompagnés.
  • De nouveaux enseignants se retrouvant devant les élèves à temps complet sans avoir bénéficié eux-mêmes de formation. Enseigner est pourtant un métier et il est bien paradoxal que ceux qui forment et enseignent la valeur de la formation ne puissent eux-mêmes être formés !
  • Un effondrement de la scolarisation des moins de 3 ans, passée de 35 % en 2001 à moins de 15 % aujourd’hui.
  • L’amplification des inégalités sociales par les attaques incessantes contre la carte scolaire etc, etc.

« Notre école, surtout après cinq ans d’attaques brutales et désordonnées, a besoin d’une refondation républicaine et d’une grande réforme. Cette refondation suppose non seulement des mots, des vœux, des intentions, mais du respect, de la cohérence et des engagements précis. C’est ce que propose François Hollande autour d’un nouveau contrat entre l’école et la Nation, capable de recréer la confiance et de nous faire retrouver le chemin de la réussite collective » a ainsi déclaré Vincent Peillon, responsable du pôle « Éducation, jeunesse, enseignement supérieur, recherche, enseignement et formation professionnels » dans l’équipe de François Hollande.

Parce que nous savons qu’un individu se forme avec les autres et que l’éducation est déterminante dans ce que nous devenons, nous en ferons le cœur de notre action et une arme décisive pour combattre les inégalités.

Laisser un commentaire