IVG : 40 ans après, une résolution pour un droit fragile

Il y a 40 ans, Simone Veil, Ministre de la santé, montait à la tribune de l’Assemblée Nationale, pour y présenter son projet de loi sur l’interruption volontaire de grossesse, projet qui sera voté par l’opposition de gauche.

Cet anniversaire est, bien entendu, l’occasion de saluer son courage et celui des femmes et des hommes qui, par leur combat, ont réussi à faire sortir l’avortement d’une clandestinité qui tue encore aujourd’hui dans de très nombreux pays.  C’est aussi un jour idéal pour rappeler que ce droit est  un acquis qui n’est ni universel ni nécessairement définitif. Comment oublier qu’il y a moins d’un an nous exprimions à la Roche-sur-Yon notre solidarité avec les femmes et les hommes qui, en Espagne, se battaient pour ce droit, alors menacé par le gouvernement conservateur ?

rassemblement 102 photo 1

ANCet après-midi, Catherine Coutelle, députée socialiste, Présidente de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances, présentera à l’Assemblée nationale une résolution, signe de la conscience de la fragilité du droit et de la détermination des députés Français à le voir défendu et étendu partout dans le monde. Je vous invite à lire l’exposé des motifs et son article unique.

Lire la suiteIVG : 40 ans après, une résolution pour un droit fragile

Fin du repas mensuel des anciens à la Roche-sur-Yon : un choix indigne !

Moment de stupéfaction et d’indignation ce matin à la lecture de Ouest France en lisant que la nouvelle majorité de droite de la Roche-sur-Yon entend « faire table rase du repas mensuel des anciens » au prétexte d’économies à réaliser.

Personnes âgées LRSY

C’est un choix politique bien emblématique que de vouloir supprimer … Lire la suite

En rentrant du Conseil National …

P1000411 - CopieDans le train qui me ramenait hier soir du Conseil National du Parti Socialiste, je lisais les propos tenus par Nicolas Sarkozy déclarant au meeting de « sens commun » (ce mouvement issu de la « manif pour tous ») qu’il entendait faire abroger la loi Taubira en raison de la PMA et de la GPA (regroupées dans un même ensemble mais pourquoi faire complexe quand on veut simplifier pour moins éclairer…) qui n’y figurent pas, ce qu’il sait parfaitement et témoigne d’une manipulation grossière, signe de son peu de respect pour les personnes auxquelles il s’adresse. L’ancien Président déclarait également vouloir proposer des mariages différents selon l’orientation sexuelle : un mariage pour les hétérosexuels, un autre pour les homosexuels…Alors que la loi Taubira est votée, que des mariages entre homosexuels sont régulièrement célébrés et que les Français peuvent mesurer tous les jours que ce changement ne diminue en rien les droits des uns en accordant des droits aux autres mais, par contre, sécurise des familles et des enfants, ces propos révèlent que la question posée par Alain Badiou en 2008 De quoi Sarkozy est-il le nom ? mérite avec constance la même réponse : celui qui attise les peurs, attise les fantasmes, stigmatise et divise. Les régressions sociétales ne sont évidemment pas les seules réjouissances promises par un éventuel retour de la droite au pouvoir : le démantèlement des droits et acquis sociaux sera, lui aussi, bien entendu au RDV.

Lire la suiteEn rentrant du Conseil National …